19
Fév

ERP GPAO Décolletage: Retour d’expérience sur l’ERP Clipper Décolletage, par DBC

DBC revient sur son expérience avec l’ERP dédié décolletage: Clipper.

ERP décolletage Clipper : à la fois simple et puissant, selon DBC:

L’entreprise de Scionzier (Haute-Savoie), qui conçoit et produit des pièces usinées destinées aux domaines industriels de pointe, utilise l’ERP de Clip Industrie.
Avant que l’ERP de Clip Industrie ne soit déployé, en juin 2007, chez DBC, une entreprise d’usinage de Scionzier (Haute-Savoie), une « solution informatique embryonnaire avait été développée en interne », dans cette PME au parc de plus de 120 machines-outils. Une GPAO baptisée Tequila, anagramme de qualité. « Tous nos moyens de contrôle étaient connectés à notre logiciel, mais nous voulions nous affranchir de cette solution », explique le dirigeant de DBC Patrick Besnier, 48 ans, préférant confier cet outils à un spécialiste. Pour développer sa GPAO, M. Besnier voulait une solution qui « puisse arriver à combiner deux éléments importants: la puissance et la simplicité ». Et de poursuivre: « souvent les choses puissantes sont complexes et les choses simples rudimentaires, alors qu’il y a des solutions qui arrivent à combiner les deux. Et Clipper en fait partie. »

Aujourd’hui, le chef d’entreprise ne semble pas regretter son choix pour l’ERP de Clip Industrie. Si tout le personnel de DBC (80 salariés) utilise Clipper, c’est aussi pour sa simplicité. « Nous sommes convaincus que faire circuler des pièces c’est bien, mais faire circuler l’information c’est aussi important », glisse Patrick Besnier. Parmi les modules appréciés par le dirigeant de cette PME, qui réalise 15 millions d’euros de chiffre d’affaires, le devis décolletage et QualiTime (pour le suivi SPC, entre autres), « sont vraiment adaptés à nos besoins ». »Le module devis nous permet de faire facilement une estimation du coût de revient d’une pièce, en construisant la gamme technique, qui peut être ensuite reprise par notre service industrialisation, dès que l’on reçoit la commande »; enchaine M.Besnier, qui considère qu’entre « la manière dont on a conçu ou imaginé la réalisation de la pièce et la manière dont on l’industrialise, il n’y a pas de rupture d’informations. »

Aide à la décision:

L’ERP de Clip Industrie a été conçu comme un véritable outil d’aide à la décision. C’est le cas avec la gestion de la planification de production, « que l’on utilise de plus en plus, avec le souci de faire une analyse de charge capacité fiable et d’avoir une présentation visuelle synthétique du niveau de charge, des temps de défilement… Ce qui nous permet d’avoir une vision en temps réel de tout ce qui se passe dans l’entreprise, et même en dehors, avec la partie sous-traitance », justifie Patrick Besnier. Ce dernier utilise le plus souvent Clipper pour « faire les devis, suivre les couts de revient et l’activité commerciale de l’entreprise » énumère-t-il. Il avoue aussi s’appuyer sur son ERP, « dans mes rapports avec les clients pour avoir des éléments de discussion ». Toute notre facturation fournisseur est saisie dans Clipper, donc je suis capable à tout moment sur les coûts réels de réalisation d’une pièce, et de vérifier qu’il n’y a pas de dérive.

De l’avis de Patrick Besnier, le service apporté par l’éditeur français est « très bon, mais on ne le sollicite quasiment jamais », sourit-il. Et de préciser: « Il est bon, aussi parce que localement ils ont un chef de projet qui nous suit très bien. » D’autre part, M. Besnier a pu apprécier l’aide des experts de Clip Industrie, quand il s’agissait de « rentrer dans les modules que nous n’utilisions pas précédemment, car nous ne les maîtrisions pas ou parce qu’ils demandaient pas mal de paramétrages ».

Source: Machines Production N°1042, Jérôme Meyrand.

Retrouvez toute l’actualité du Décolletage sur notre Blog
Et sur notre Site

Partager :